Rechercher

Comment favoriser notre bien-être en période de crise : Le pouvoir de la gratitude

Dernière mise à jour : 18 déc. 2020

En période de crise, nous avons tendance à focaliser notre attention sur tout ce qui ne va pas et à occulter ce qui favorise notre bien-être et nous rend heureux. Dès lors, comment prendre soin de soi et retrouver des petits moments de plaisir dans le contexte actuel que ce soit au travail ou dans notre vie de tous les jours? C’est ce que nous allons tenter de répondre au travers de cet article en nous intéressant à une émotion positive déterminante par rapport à notre bien-être : la gratitude. Nous ressentons cette émotion lorsque nous faisons l’expérience d’une situation positive et que nous nous sentons reconnaissant par rapport à celle-ci. En d’autres termes, cette émotion nous permet de nous centrer sur ce qui nous rend heureux. Nous verrons ainsi les nombreux avantages que cette émotion peut apporter à chacun d’entre nous mais également de manière plus collective à une entreprise. Différents exercices concrets seront proposés en vue de pratiquer chez vous la gratitude et ainsi augmenter votre capacité à apprécier et remercier ces petits moments de bonheur ainsi que des conseils pour l’instaurer en entreprise. Pratiquer la gratitude sera d'autant plus ressourçant cette année avec l'approche des fêtes où nous ne pourrons pas être physiquement proche de tous ceux que l'on aime.

La pandémie du Covid 19 nous amène à devoir nous adapter dans tous les domaines que ce soit au niveau professionnel (p.ex., travailler à distance, adopter de nouvelles manières de travailler qui répondent aux normes de sécurité, réaliser plus de travail au vu des nombreuses absences), au niveau de notre vie de famille (p.ex., limiter les contacts, s’occuper des enfants) ou encore dans notre vie quotidienne (p.ex., dans notre manière de faire les courses, de se distraire). S’adapter à ces changements et à ces nouvelles exigences peut être une source importante de stress et d’épuisement. Et ce d’autant plus, que nous sommes privés de toute une série d’aspects qui étaient habituellement ressourçants pour nous tels que voir sa famille et ses amis, faire du sport, aller au restaurant ou encore voyager. Dans ce contexte anxiogène, nous avons tendance à porter notre attention sur ce qui ne va pas et nous manque (p.ex., le manque de temps, d’argent, de santé, de certitude ou de contrôle, de succès, de sens, de reconnaissance). Lorsque ce manque est associé à un sentiment d’impuissance (c.-à-d., qu’on a le sentiment de ne rien pouvoir faire par rapport à la situation), notre corps réagit par l’anxiété et le stress. Il est donc tout à fait normal si vous ressentez moins d’entrain dans vos projets professionnels, si vous avez tendance à voir les choses de manière plus négative ou encore si vous vous sentez dépassé et fatigué.


Dans cette période particulièrement difficile, il est ainsi d’autant plus crucial d’être attentif à prendre soins de soi et à favoriser son bien-être. Dans ce cadre, la psychologie positive (c.-à-d., une approche de la psychologie visant à étudier les conditions et processus qui contribuent au bien-être général), apporte une piste intéressante au travers du concept de la gratitude. Celle-ci peut se définir comme un sentiment d'appréciation en réponse à une expérience favorable pour nous mais qui ne nous est pas attribuable (Emmons et McCullough, 2004). En d’autres termes, éprouver de la gratitude c’est faire le constat d’un évènement positif dans sa vie (p.ex., suite à une situation qui nous a touché, nous a fait plaisir ou dont nous sommes fiers) et être reconnaissant envers la ou les personnes qui y ont contribué (p.ex., suite à un service rendu ou un cadeau reçu) ou envers le monde en général (c.-à-d., la tendance à voir que le monde est un cadeau). La gratitude est donc liée à notre rapport aux autres ou à une connexion supérieure qui nous dépasse. Vous pouvez, par exemple, ressentir de la gratitude envers quelqu’un qui vous a rendu un service, envers les félicitations de votre supérieur, un retour favorable d’un client, un câlin de votre enfant ou encore en vous émerveillant face à un magnifique paysage ou couché de soleil.

De nombreuses études se sont intéressées au lien qui pouvait exister entre ce sentiment de gratitude et le bien-être. Wood, Forth et Geraghthy (2010) ont montré dans une revue de la littérature sur le sujet que le sentiment de gratitude permet d’augmenter le bien-être tel que l’humeur positive, la satisfaction dans la vie ou encore l’estime de soi ainsi que les comportements pro-sociaux (p.ex., les comportements d’aide, de soutien, d’empathie, de pardon). D’autres études ont montré que la gratitude peut également influencer notre santé en réduisant le stress, l’anxiété et la dépression (Lee et ses collègues, 2018 ; Sirois & Wood, 2017 ; Wood et ses collègues, 2008; 2009). Dans le milieu professionnel, le sentiment de gratitude semble également avoir un pouvoir bénéfique sur le bien-être. Plusieurs études ont, en effet, montré que la gratitude permet d’augmenter la satisfaction dans le travail (Waters, 2012) et les performances (Cortini et ses collègues, 2019) ainsi que de réduire les risques de burnout (Chan, 2010) et les relations conflictuelles au travail (p.ex., les critiques, la discriminations, l’exclusion ; Locklear, Taylor, & Ambrose, 2020). À titre d’exemple, cette dernière étude réalisée par Locklear et ses collègues en 2020 a montré que les travailleurs à qui il était demandé chaque jour de compléter un journal de gratitude par rapport à leur travail (c.-à-d., réfléchir chaque jour aux éléments qui ont favorisé chez eux un sentiment de gratitude tel que recevoir un compliment sur son travail, avoir accompli une tâche) ont rapporté avoir moins de relations conflictuelles que les travailleurs à qui il était simplement demandé de consigner dans un journal ce qui c’était passé durant leur journée de travail. Ces quelques études montrent ainsi que le sentiment de gratitude constitue une ressource essentielle en vue de garantir notre bien-être dans la vie en général mais également au travail.


Ce qui est particulièrement intéressant avec le sentiment de gratitude, c’est que nous pouvons nous exercer à être reconnaissant et ainsi à mieux vivre la situation difficile que nous traversons actuellement que ce soit dans la vie privée ou au travail. La pratique de la gratitude se fait au travers d’exercices visant à accroître notre attention sur les choses positives de notre vie. La gratitude a d'abord été manipulée par les psychologues cliniciens chez des patients souffrant de dépression, de stress post-traumatique ou encore de troubles du sommeil (Jackowska et ses collègues, 2016 ; Seligman et ses collègues, 2005). Ensuite, depuis le début des années 2000, le mouvement de la psychologie positive au travers de la pratique de la gratitude s’est étendu à la population en générale ainsi que dans le contexte professionnel (Bono et ses collègues, 2004 ; Seligman et ses collègues, 2005). Pratiquer la gratitude va ainsi nous permettre d’apprendre à porter davantage notre attention sur les choses qui nous font du bien et nous rendent heureux plutôt que sur les choses qui nous manquent ou ne vont pas. Comme le dirait William Arthur Ward, « la gratitude peut transformer notre routine en jour de fête ». La pratique de la gratitude n’efface évidemment pas les malheurs ou les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Toutefois, grâce à sa pratique régulière, il est possible de développer de nouvelles aptitudes telles que reconnaitre nos réussites plutôt que nos échecs, avoir une vision plus positive de la vie en général ou encore améliorer nos relations avec les autres.


Voici quelques exercices qui vous aideront à identifier les évènements qui vous apportent du plaisir et vous font du bien. Ceux-ci vous permettront d’augmenter votre capacité à apprécier le moment présent et à en savourer le bonheur. Choisissez l’exercice qui vous convient le mieux et pratiquez le quotidiennement pendant quelques semaines. Ensuite, observez l’effet que cela a sur votre satisfaction et votre humeur générale.


Tenir un journal de gratitude : À la fin de votre journée, écrivez trois choses dans un carnet pour lesquelles vous éprouvez de la reconnaissance et souhaitez dire merci (p.ex., vous avez fini un document sur lequel vous avez travaillé depuis plusieurs jours, votre collègue vous a remercié pour votre aide sur un projet, vous avez commencé la journée avec un petit déjeuner dans un endroit sympa avec un collègue que vous appréciez). Prenez un instant pour savourer la gratitude que vous ressentez en observant vos sensations corporelles et vos émotions. Si la tâche vous semble trop contraignante, essayez de la faire deux ou trois fois par semaine. N’hésitez pas à relire régulièrement ce que vous avez écrit dans votre carnet afin d’avoir une meilleure connaissance des choses qui vous font du bien et vous procure du bonheur et ainsi à les répéter.


Écrire des lettres de gratitude et dire merci. Vous pouvez également écrire des lettres de gratitude aux personnes qui comptent le plus pour vous. Sachez que plus vous dites merci aux personnes qui vous entourent, plus ils vous apprécieront, plus ils seront gentils envers vous et plus vous aurez d’occasions de leur dire à nouveau merci. Vous pouvez également tout simplement être attentif à dire merci le plus souvent possible à votre famille, vos amis, vos collègues ou pour des petites choses de la vie (p.ex., dire merci dans votre tête face à un beau paysage, à une chanson que vous aimez).


Faire une marche de gratitude. Si l’écriture n’est pas votre tasse de thé, vous pouvez également pratiquer la gratitude mentalement. Faites une petite pause dans votre journée et promenez-vous dans un endroit inspirant et ressourçant (p.ex., un parc, la forêt, votre jardin). Pendant la promenade, réfléchissez et prenez conscience de ce qui vous a procuré un sentiment de gratitude durant votre matinée ou journée (c.-à-d., repensez aux situations qui vous ont fait du bien et pour lesquelles vous souhaitez dire merci).


De manière intéressante, les études sur la gratitude dans le contexte professionnel montrent qu’une culture organisationnelle qui prône la gratitude présente également de nombreux bénéfices pour les travailleurs tels qu’une augmentation de leur bien-être (Cameron, 2012) et de leur satisfaction au travail (Wood et ses collègues, 2010) ainsi qu’une diminution des risques de burnout (Bennett, Ross et Sunderland, 1996).La gratitude institutionnelle selon Cameron (2012) peut se définir comme "la gratitude qui est culturellement ancrée dans l'organisation, à travers son personnel, ses politiques et ses pratiques, de telle sorte que la reconnaissance est une caractéristique de la vie professionnelle quotidienne". Les entreprises ont donc également un rôle à jouer si elles veulent favoriser des émotions positives telles que la gratitude auprès de leur personnel. Comme nous l’avons souligné précédemment, le sentiment de gratitude constitue une ressource clé pour promouvoir le bien-être au travail (c.-à-d., augmentation de la satisfaction au travail et diminution des risques de burnout) ainsi que l'efficacité et la performance des travailleurs. Le rôle stratégique de la gratitude dans la gestion du capital humain parait ainsi évident si l’entreprise souhaite améliorer ses performances et sa productivité. Par ailleurs, en favorisant les émotions positives, les entreprises peuvent également soulager la perception de crise actuelle des employés et, par conséquent, améliorer leur santé.


Voici quelques mesures qui peuvent être instaurées dans les entreprises en vue de favoriser un climat de gratitude :


Établir des normes de gratitude. Il pourrait être intéressant d’établir des normes au sein de l’entreprise visant à communiquer au personnel les attentes en matière de comportements respectueux ainsi que l’importance d’exprimer des remerciements et de la reconnaissance envers ses collègues ou ses collaborateurs. Ces normes pourraient être établies de manière formelle sous la forme d’un guide de bonnes pratiques ou de manière plus informelle via les interactions de la hiérarchie avec leurs équipes (p.ex., en favorisant l’expression en public de la gratitude lors des assemblées générales ou lors des réunions d’équipe hebdomadaires, en encourageant les travailleurs à se féliciter entre eux, s’entraider et se dire merci).


Mettre en place un système de récompenses. Une autre piste pour les entreprises est de féliciter et remercier les travailleurs en leur donnant des récompenses (p.ex., chocolat, bon cadeau, congé supplémentaire, prime de fin d’année, etc.). Ces petites attentions permettent aux travailleurs de se sentir valorisés et reconnus dans leur travail. Ces cadeaux peuvent se donner lors de moments importants (p.ex., fêtes, date anniversaire de l’entreprise, bons résultats) mais également lors de périodes plus difficiles (p.ex., en cas de situation de crise ou de surcharge de travail).


Mettre par écrit des remerciements. Afin de favoriser la reconnaissance chez les travailleurs, les entreprises peuvent également afficher ou envoyer aux travailleurs ce pour quoi elles leurs sont reconnaissantes. Par exemple, il pourrait être envisagé de mettre un tableau dans la salle du personnel reprenant de manière quotidienne les choses qui se sont bien passées et pour lesquelles l’entreprise souhaite dire merci. Une autre piste est d’envoyer des cartes de remerciement au personnel ou de prévoir à chaque réunion un moment pour se dire merci par rapport à ce qui a été accompli.


Références:


Bennett, L., Ross, M. W., & Sunderland, R. (1996). The relationship between recognition, rewards and burnout in aids caring. Aids Care-Psychological and Socio-Medical Aspects of Aids/HIV, 8, 145- 153.


Bono, G., Emmons, R. A., & McCullough, M. E. (2004). Gratitude in practice and the practice of gratitude. In P. A. Linley & S. Joseph (Eds.), Positive psychology in practice (pp. 464–481). Hoboken, NJ: Wiley. http://dx.doi.org/10.1002/9780470939338.ch29


Cameron, K. (2012). Effects of virtuous leadership of organizational performance. In S. I. Donaldson, M. Csikszentmihlyi., & J. Naka-mura (Eds.), Applied positive psychology: Improving everyday life, health, schools, work and Society (pp. 171-183). East Sussex: Rout- ledge


Chan, D. (2010). Gratitude, gratitude intervention and subjective well- being among Chinese school teachers in Hong Kong. Educational Psychology, 30, 139-153. doi:10.1080/01443410903493934


Cortini, Converso, Galanti, Di Fiore, Di Domenico, & Fantinelli (2019). Gratitude at Work Works! A Mix-Method Study on Different Dimensions of Gratitude, Job Satisfaction, and Job Performance. Sustainability, MDPI, Open Access Journal, 11, 1-12.


Emmons, R. A., & McCullough, M. E. (2004). The psychology of gratitude.New York, NY: Oxford University Press. http://dx.doi.org/10.1093/acprof:oso/9780195150100.001.0001

Howell, K. (2012). Gratitude in education: A radical view. Rotterdam: Sense Publishers. doi:10.1007/978-94-6091-814-8


Jackowska, M., Brown, J., Ronaldson, A., & Steptoe, A. (2016). Theimpact of a brief gratitude intervention on subjective well-being, biology,and sleep. Journal of Health Psychology, 21, 2207–2217. http://dx.doi.org/10.1177/1359105315572455


Koo, M., Algoe, S. B., Wilson, T. D., & Gilbert, D. T. (2008). It’s a wonderful life: Mentally subtracting positive events improves people’s affective states, contrary to their affective forecasts. Journal of Personality and Social Psychology, 95, 1217–1224. http://dx.doi.org/10.1037/a0013316


Lee, J. Y., Kim, S. Y., Bae, K. Y., Kim, J. M., Shin, I. S., Yoon, J. S., & Kim, S. W. (2018). The association of gratitude with perceived stress and burnout among male firefighters in Korea. Personality and Individual Differences, 123, 205-208. https://doi.org/10.1016/j.paid.2017.11.010


Locklear, L. R., Taylor, S. G., & Ambrose, M. L. (2020, September 17). How a Gratitude Intervention Influences Workplace Mistreatment: A Multiple Mediation Model. Journal of Applied Psychology. Advance online publication. http://dx.doi.org/10.1037/apl0000825


Seligman, M. E., Steen, T. A., Park, N., & Peterson, C. (2005). Positive psychology progress: Empirical validation of interventions. American Psychologist, 60, 410–421. http://dx.doi.org/10.1037/0003-066X.60.5.410


Sirois, F. M., & Wood, A. M. (2017). Gratitude uniquely predicts lower depression in chronic illness populations: A longitudinal study of inflammatory bowel disease and arthritis. Health Psychology, 36, 122-132. https://doi.org/10.1037/hea0000436


Waters, L. (2012). Predicting Job Satisfaction: Contributions of Individual Gratitude and Institutionalized Gratitude. Psychology, 3, 1174-1176.


Wood, A., Froh, J., & Geraghty, A. (2010). Gratitude and well-being: A review and theoretical integration. Clinical Psychology Review, 30, 890-905. doi:10.1016/j.cpr.2010.03.005


Wood, A. M., Joseph, S., & Maltby, J. (2008). Gratitude uniquely predicts satisfaction with life: Incremental validity above the domains and facets of the five-factor model. Personality and Individual Differences, 45, 49-54. https://doi.org/10.1016/j.paid.2008.02.019


Wood, A. M., Joseph, S., & Maltby, J. (2009). Gratitude predicts psychological well-being above the Big Five facets. Personality and Individual differences, 46, 443-447. https://doi.org/10.1016/j.paid.2008.11.012

203 vues0 commentaire